Deconnexion Connexion Inscription Presentation Règles Holonews Holonews La Team Soutenir Swlrpg Partenaires Holonet Holonet New Requêtes Nouvelles requêtes Fiche Perso Equipement Parcours Personnel Troupes et vaisseaux Déplacements Magasins Banque Guildes Univers de Swlrpg Faq du Jeu Cuve à Pseudo Mediathèque Recherche Liste des Membres Index du forum Sans Réponse Vos messages Nouveaux messages Forum Index
Banniere

Vous êtes
Déconnecté
Connexion
Inscription

Swlrpg
Presentation
Règles

La Team
Liste des Membres
Soutenir Swlrpg
Partenaires

L'univers
Pas de Nouvelle Holonews
Univers de Swlrpg

Jouer
Vous devez être connecté pour accéder à certains modules de jeu

Magasins
Guildes

Divers
Le Top Sites
Faq du Jeu
Cuve à Pseudo
Mediathèque

Liens
AnakinWorld

Nous soutenir

Tour de Jeu
Espace
Top site Anakin World
Espace
Top site Star Wars Universe


Wiki Swlrpg

Facebook Swlrpg


Index
Présentation du JDR
Règles du JDR
Inscription au Jeu de rôle
Dernières holonews:
Condamnation des derniers cloneurs | Ouverture du cinquantième Précipice sur Coruscant | Jour de fête pour l'Hégémonie | Communication du Front de Libération

Relance du forum

Navigation
Répondre au sujet Poster un nouveau sujet Mos Eisley 

Mos Eisley
Mos Eisley
[IPE] $ Kiss Kiss, Banque Banque $ ID:2347

Racar
Novice
Chasseur de Prime
Wookie
Niv: 1 XP: 281
300 Dat
Initiative: 25
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Lun 24 Oct, 2016 à 12:51

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 1


Voir le profil de l'utilisateur




Raté ! Le Wookie avait mal évalué la distance et mal dosé la force de son lancé, cependant son action n’avait pas été vaine. Il avait fait dévier le tir du Weequay qui était destiné a Garvin juste asse espérait-il pour qu’il ne touche pas celui-ci. Le bruit sourd du tir du blaster confirmât au moins auditivement que le tir était passé à coter. En effet Racar ne voyait ni Garvin ni l’autre weequay et ne pouvait se permettre le luxe de regarder derrière lui il devait arriver au corps à corps de sa cible le plus vite possible avant que celle ci ne se tourne vers lui, et ne lui fasse un trou dans le corps.

A l’instant ou le coup de blaster était parti les rires des deux pitres c’était tue. Le silence tranchait d’autant plus que quelques secondes auparavant la maison était submergée par les rires. Racar espérait que Garvin allait prendre conscience du risque et s’occuper du second weequay qui était a terre espérant que son état d’ébriété avancé lui permette quand mème de se battre. Pendant ce temps Racar avait continué d’avancer sur sa cible qui commençait à faire volte-face pour le mettre en joue.

Alors que Racar n’était plus qu’a quelque centimètres du weequay il entendit celui-ci s’écrier :


"Morkin, DEGOMME-MOI C'BÂTARD!!!!"

C’est a ce moment que Racar prit toute l’ampleur du danger si Garvin ne fessait rien le second weequay allait lui tirer dans le dos pendant qu’il se battait avec le premier. Sa survie était dans les mains d’un alcoolique notoire qui était débiteur de la Banque de la Reine douairière Racar n’était pas rassuré de cette perspective. Racar était au contact du premier weequay d’un geste ample de la main droite il sortit ses griffes et donna un coup pour déchirer le torse de son adversaire. Il accompagna son mouvement d’un cri assourdissant qui résonna dans toute la maison.

Code:
Donner un coup de griffe allant de haut en bas en partant du ventre jusqu’au coup sur le weequay
Utilisation de la compétence : Fièvre de la bataille 


    Envoyer un message privé Envoyer un e-mail   

Ludo Tek
Maître du Jeu
Fabricant de boules de neige
Hu-main du Roi
Niv: 0 XP: 310
0 Dat
Initiative: 0
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Ven 28 Oct, 2016 à 19:32

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 1


Voir le profil de l'utilisateur




Le seuil pour cette action est de 69
Résultat du D100 : 7
L'action est une réussite.
Le joueur gagne 41 points d'XP.





L'assaut monstrueux du wookie titanesque et rugissant, emporté par son ardeur martiale et sa détermination guerrière, ne laissa guère le plus petit temps de réaction à son adversaire. Le coup porté se révéla aussi dévastateur en efficacité que fulgurant tel qu’asséné. La combinaison de pans textiles outrepassés du truand qui venait de héler à pleins poumons son comparse se déchira de bas en haut en un torrent de sang et de viscères mêlés, les griffes acérées de Racar déchirant tout le tissu humanoïde après le revêtement textile, de la naissance du pubis au rebord peaucier du cricoïde. Le plus rétif des individus au laisser-aller de la mode vestimentaire de Mos Esley, tout autant que le plus endurci des pugilistes eût tourné de l’œil en l'instant même, tant le spectacle des paquets tressautants, épars et colorés en nuances de gris et roses, de boyaux venant fouler et disperser la poussière de la sombre bâtisse où se déroulait le combat acharné. Le déroulement des hostilités et leur dénouement présent donnerait l'envie de régurgiter des tripes jusqu'à l'âme à qui contemplerait le carnage et le chaos rouge engendré. L'effet attendu ( ?) des plus saisissant ne se fit guère attendre qui se dégageait de cette éviscération violente, d’une cruauté non pareille, laquelle comportait un aspect barbare et témoignait d'une véritable volonté de massacrer le weequay en sa chair et son mental, sinon excessive tout au moins d'une sauvagerie potentielle exemplaire des représentants du peuple de Kashyyk. La manœuvre de combat rapproché brutale et sans pitié de Racar déboucha sur un double retentissement inespéré.

Naturellement, le gangster victime de cette aération phénoménale, pourpre de bas en haut, rapide du point de vue du wookie furieux, longue à en mourir de douleur pour l'alien ouvert en deux sans boutonnière, défaillit en un râle étouffé entrecoupé de spasmes et de râclements divers sans voix. Sa mort était proche et ne demeurait plus que quelques secondes de gargouillis sanguinolents avant l'issue funeste et la tombe, au mieux des possibilités de ses acolytes, dans un trou creusé à même le sable brûlant proche de la cité. Le tout était de ramasser avec soin les restes du pauvre malfaiteur pour les donner aux chiens kuat ou en faire des guirlandes, selon qui récupérerait les tripes et résidus de chair, mais c'était là une tout autre histoire de cœur, par ailleurs fendu en diagonale lui aussi. Tout est question de coutumes et de traditions sur Tatooïne, et chacun balaye de son mieux devant sa porte. Yeux révulsés, hoquetant sang, plasma et donnant l'impression de se noyer dans ses sécrétions, après tout ses poumons venaient d'être brutalement scindés à coup de griffe, le weequay semblait mettre une éternité à mourir, et c'était d'ailleurs un sinistre miracle qu'il n'ait pas rendu âme en même temps que tripes tout en éclaboussant en gerbes diverses la fourrure de Racar. Le bandit s'était bien tendu à l’extrême pendant un cours laps de temps, puis s'était mollement affaissé le long du bras de Racar, ses extrémités étant prises en haut de l'épiglotte du truand infortuné, enfin en un dernier geste semi-conscient, avait tout bonnement terminé son mouvement de chute ralentie aux pieds poilus de la bête sanguinaire dont il éprouvait tant de souffrances. Le weequay, mortellement blessé, gisait dorénavant au sol de tout son long tremblotant, sa tête retenue par une ou deux pointes aiguisées comme des rasoirs et épaisses comme des doigts de Hutt.

Sous la vision effroyable de l'ampleur des blessures fatales infligées à son congénère, Morkin le gangster et homme à tout faire de son propre chef, fut stupéfié dans son élan éberlué autant qu’horrifié à la vue de la mort en devenir certain de son complice en matière de crime. Cette courte interruption suffit à un Gavrin Urgaun dépenaillé, peu rompu aux échauffourées de cette ampleur nouvelle de ne plus subir les coups de coude dans les côtes du criminel. Le commerçant itinérant avait d’un saut malhabile tenté de lui agripper le bras et de bloquer la main qui ajustait un blaster de contrebande sur le flanc gauche de Racar, se retrouvant par là-même cramponné sur le dos du weequay. Tant d’émotions chaotiques, de revirements successifs aigus et d’effets d’abus dépressifs avaient dû altérer son jugement en la circonstance, qui affolé par le péril dans lequel son créancier et partenaire ponctuel s’était mis, en avait lâché son propre blaster personnel bricolé de la crosse au canon. Situés à quelques mètres à peine du carnage rugissant et sanguinaire, tous deux s’étaient arrêtés interdits devant la fureur du wookie à présent couvert d’un sang qui n’était pas le sien. Gavrin en restait ébahi et pâle comme un quarren albinos, et dut s’appuyer sur le rebord d’un tabouret renversé dans la tournure des évènements. Les rugissements redoublés du wookie avaient fait s’arrêter un instant quelques passants au dehors de la maisonnette miteuse, mais pour le moment Morkin avait perdu toute velléité belliqueuse et se pissait littéralement dessus, en témoignait l’auréole sur son entrejambe et la petite flaque qui se formait au bas de sa botte rembourrée. Incapable de prononcer un traître mot ses ébauches de paroles se muèrent en des balbutiements inaudibles, le souffle coupé le survivant du duo de malfaiteurs eut juste le réflexe, quasi comique par son universalité, de lever les mains et de s’adosser contre une armoire, pris au piège et à la merci du wookie triomphant en l’occurrence
_________________

"Ce qui est sûr, c'est qu'on va tous maigrir un grand coup..." H.S.

    Envoyer un message privé    

Racar
Novice
Chasseur de Prime
Wookie
Niv: 1 XP: 281
300 Dat
Initiative: 25
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Mer 02 Nov, 2016 à 15:03

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 1


Voir le profil de l'utilisateur




Le rugissement de Racar résonna dans toute la maison et même au dehors, il avait ouvert en deux le weequay. Le sang projeté l’éclaboussa et alla s’insinuer dans sa fourrure le spectacle n’était pas beau a voir ni a entendre un mélange de tripes, de bouts d’organes, de sang et de tissus entrecoupé par les sons du weequay qui se noyait dans son sang. Le weequay n’eut pas la chance de mourir sur le coup, il agonisa pendant quelques secondes sous le regard effrayé de Racar. Il n’avait jamais utilisé ses griffes contre un humanoïde et le carnage qu’il avait fait en un coup de celles-ci l’épouvantait. Le weequay eut des spasmes et des mouvements aléatoires. Il finit par s’écrouler sur le bras de Racar qui recula d’un pas par réflexe, pour finir le cadavre du weequay termina sa chute au pied du Wookie qui c’était déjà retourné pour faire face a l’autre malfaiteur.

La quantité impressionnante de sang projeté sur Racar ainsi que son allure lui donnait l’air d’être un psychopathe en pleine crise. Quand il se retourna le second weequay était déjà avec les mains en l’air et avait mouillé son pantalon épouvanté par le carnage dont il avait été témoin. Racar se dirigea vers lui d’un pas pressé . A mesure qu’il avançait le sang dégoulinait de sa fourrure et de ses griffes se qui renforçait son air de psychopathe en puissance. Quand il arriva au niveau de Morkin il le délesta de sa ceinture ou était accroché son blaster ainsi que sa matraque. Puis le saisi au col et le traîna jusqu’à son camarade mort. Racar plaça le visage de Morkin au plus prés du cadavre de son camarade et dit :


Regarde ce qui reste de ton pote! Regarde ! Tu veux me revoir un jour ou un autre bien pire que moi ? Tu vas dire a ta petite bande de connards que les conneries, c’est terminé sinon les Hutts se feront un plaisir de vous rendre visite et se sera pas pour prendre un verre !

Racar lâcha la tête de Morkin sur le cadavre de son compagnon. Le spectacle le dégouttait et l’effrayait aussi. Mais le Wookie devait se montrer impitoyable pour qu’il ne revienne pas se venger. Il devait leur faire croire que les Hutts leur avaient donné un avertissement et que ce serait le dernier. Il reprit après un cours instant :

Garvin fout le dehors a coup de pompe dans le cul et fait lui les poches avant… et Morkin si je te recroise un jour dans la rue change de trottoirs.

Racar s’écarta du weequay et alla cherche sont datapad qu’il avait jeté quelques instants plu tôt.Il avait finit sa course contre le mur et était légèrement felé mais rien de grave. Il se mit hors de porté de vu de Garvin et Morkin redressa un tabouret pour s’asseoir dessus. Il prit quelques instants enlevant les morceaux de chair sur lui et finalement enleva son casque.


    Envoyer un message privé Envoyer un e-mail   

Ludo Tek
Maître du Jeu
Fabricant de boules de neige
Hu-main du Roi
Niv: 0 XP: 310
0 Dat
Initiative: 0
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Dim 13 Nov, 2016 à 12:47

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 1


Voir le profil de l'utilisateur




Le dénommé Morkin entendait et comprenait bien malgré sa stupeur et ses tremblements patents les paroles dures et sans équivoque du wookie dégoulinant par touffes de poil dru du sang de son comparse. La tête à moitié aplatie sur le cadavre encore chaud du truand weequay qui rendit son dernier souffle gargouillant et râclé, en un murmure criant de douleur aiguë et semi-consciente, le weequay encore en vie désormais recevait avec une pleine sympathie les recommandations appuyées sous des dehors de menace émises par Racar. A coup sûr, on ne l'y reprendrait plus de sitôt à terroriser le badaud a priori inoffensif tel que l'homme quasi cinquantenaire avait paru l'être, que lui et son compagnon maintenant décédé dans d'atroces souffrances avaient rançonné sans craindre le moindre retour de bâton. La double sanction avait été quelques minutes d'éternité infernale plus tôt infligée à grand coup de griffes vertical par le wookie hors de lui, pourtant terrifié à la vision de ce qu'il avait commis bien qu'il n'en laissât avec succès pour le moment rien paraître, un meurtre horrifique, sauvage et monstrueux dans sa volonté de mettre un terme au combat comme de sauver sa vie et celle du débiteur de la Banque de la Reine douairière. Morkin comprenait qu'on lui laissait étrangement la vie sauve, mais ne faisait pas sur l'instant le lien entre le mensonge dorénavant probable du wookie éventreur quant à ses liens avec les hutts et sa clémence trop appuyée pour un tueur né tel qu'il avait supputé l'être au service de malfaiteurs mieux établis et plus impitoyables. A peine en la circonstance Morkin était-il capable de remercier du fond de son être pissotant encore les astres et leurs divinités dont il ignorait tout, et d'effleurer la pensée que sa tête allait désormais être mise à prix par les hutts, pour le simple et bon vieux principe même.

Balbutiant des paroles inaudibles et incohérentes en retour aux invectives d'un Racar tout droit sorti d'un holofilm de gladiateurs, le weequay parvint à se remettre sur pieds tandis que le wookie vainqueur récoltait ses affaires et celles du macchabée gisant dans une affreuse flaque et un amoncellement sordide de viscères aérées au grand jour. Le gangster à la petite semaine se savait à peu près sauf en l'occurrence, et cela lui suffisait, aussi parvint-il à émettre un faible et pathétique" wi wi wi, pas d'souci j'me tire d'ici, wi wi!!" à l'égard de l'agresseur de son ami de toujours qui venait de finir ses jours d'une manière émétique et somme toute coutumière pour une ville comme Mos Esley, les risques du métier tout compte fait, seule sa propre peau parcheminée et grêlée entrait en ligne de compte en ces instants précis. Content de s'en sortir relativement indemne, avec son slip et son contenu précieux, Morkin bouscula la petite troupe de badauds agglutinée avec prudence et curiosité effarée devant la porte, qui effraya les individus les plus téméraires en traversant la demi-douzaine de quidams toutes espèces confondues par le sang qui venait d'être projeté sur ses vêtements. Le truand de ruelle malfamée disparut ainsi dans la plus grande partie de la population présente à cette heure dans la rue principale, provoquant quelques retournements de têtes sur son passage éclair, puis la paix revint aux alentours.


La récolte des effets personnels des deux truands fut appréciable pour Racar, qui comptait en guise de butin deux blasters basiques flambants neufs, au plus probable achetés tous deux avec le prêt encaissé indûment auprès de Gavrin Urgaun, ainsi qu'un petit pécule en dataries sonnantes et trébuchantes, à peine trois plaquettes de cent unités réparties auparavant sur les deux criminels, qui additionnées amenaient le compte de la récupération musclée du wookie à une somme totale approximative 8000 dataries. En enlevant son masque de combat et de parure, Racar put se rendre compte que Gavrin Urgaun était toujours assis dans une attitude prostrée et ébahie, ne parvenant pas à se remettre du massacre auquel il venait d'assister. L'humain s'attendait au mieux à un combat acharné et désespéré, mais de la théorie à la pratique , il y avait autant un pas d'être humanoïde que trois sauts de wookie depuis les cimes d'arbres géants sur Kashyyk... Racar pouvait remarquer que son débiteur manquait, se retenant de toutes ses forces par la main posée sur la partie moyenne de son thorax de dégobiller le peu qu'il avait avalé le matin même, et la quantité considérable de spiritueux bas de gamme de la semaine passée... Le marchand itinérant rouva la force surhumaine de lever les yeux vers son sauveur qu'il considérait désormais avec sérieux et une crainte respectueuse nouvelle, pour lui demander des informations sur la conduite à tenir dès à présent:


"...Et maint'nant, comment ça se passe? z'avaient l'argent sur eux? Hourmf..."


En un lent détour et retour de la tête, embrassant du regard la scène spectaculaire de destruction et de mort qui tenait lieu de décor à sa masure, le commerçant vieillissant s'avisait du travail à accomplir pour remettre en état les lieux de vie qui étaient siens encore pour le moment, et attendait la réponse du wookie à la colère meurtrière, providentiel quoique expéditif dans ses manières, tout en se perdant au vu de la vacuité de son regard palpable une fois la pièce inspectée d'un tour à l'autre, en considérations personnelles et silencieuses sur l'absurdité et le merveilleux égaux de cette journée qui n'était pas encore finie. A peine était-il l'heure de déjeuner eût pu dire une folle voix interne de raison déconcertée. Le jour perçait à présent les ouvertures de l'habitation misérable sans pour autant dévoiler la scène macabre du cadavre gisant au sol de l'infortuné gangster dont les deux compagnons d'un combat ignoraient, peut-être pour toujours, du nom jusqu'aux relations, mais cela le colporteur de rue s'en foutait à pleine rasade par derrière la cravate pour le moment


Code:
Racar découvre deux blasters de base et 300 dataries dans les affaires du fuyard et du défunt, pour un montant de 8000 dataries environ. Vu le carnage, il peut aussi passer un peu de temps à se nettoyer le poil.
_________________

"Ce qui est sûr, c'est qu'on va tous maigrir un grand coup..." H.S.

    Envoyer un message privé    

Racar
Novice
Chasseur de Prime
Wookie
Niv: 1 XP: 281
300 Dat
Initiative: 25
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Ven 18 Nov, 2016 à 11:09

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 1


Voir le profil de l'utilisateur




Racar était assis sur un tabouret et marquait un instant de pose après les furieux événements qui venaient de se dérouler chez Garvin. Le second truand avait détalé comme un lapin, trop heureux d’avoir échappé a la mort. Garvin semblait lui aussi avoir besoin de quelques instants pour se remettre de ce macabre spectacle qu’il semblait à son teint pale ne pas vraiment supporter et on pouvait le comprendre. L’humain se risqua à briser le silence pesant qui avait envahi la maison. Racar le dévisagea quelques instants, puis reprit son masque qu’il avait déposé a même le sol pour le remettre sur son visage. Puis tout en restant assis dit :

Non il avait presque rien sur eux, en revanche il y’a leurs deux blasters, je m’y connaît un peu et ils ont l’air flambant neuf sûrement acheté très récemment.

Racar n'avait nullement l'intention de parler des 300 dataries pour lui elle lui revendait de droit il n'y avait pas de discussion a avoir là dessus. Le Wookie se leva de son tabouret pour aller vers les blasters et en saisi un à pleine main.

Je crois que je tiens là ta chance de rembourser la Banque. T'es commerçant a ce que je sais tu devrais pouvoir les vendre dans la journée. Voilà ce que je te propose j'ai d'autres gens à voir aujourd'hui et ça va me prendre un certain temps je reviendrais en fin de soirée. Toi pendant ce temps tu vas te bouger le cul et me vendre ces blasters. Et je serais franc ton intégrité physique des prochains jours dépendra de la somme a laquelle tu vendras ces armes alors motive toi.

Racar fit une pause et tourna la tête vers le cadavre du weequay.

Quant à notre ami qui est la je te laisse t'en occuper. Je me suis suffisamment sali le poil comme sa !

Racar se saisit d'un bout de tissu relativement propre le trempa et se mit a nettoyer sa fourrure.


Dernière édition par Racar le Ven 18 Nov, 2016 à 13:52; édité 1 fois


    Envoyer un message privé Envoyer un e-mail   

Ludo Tek
Maître du Jeu
Fabricant de boules de neige
Hu-main du Roi
Niv: 0 XP: 310
0 Dat
Initiative: 0
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Mar 29 Nov, 2016 à 16:03

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 1


Voir le profil de l'utilisateur




La remise au propre en une bonne et due forme de sa fourrure, laquelle se maintenait désormais de manière relativement convenable pour un géant de poils tout droit extirpé d'une séance d'éviscération magistrale quelques minutes plus tôt, prit plusieurs dizaines de minutes au wookie. Se remettre en état capillaire présentable pour la vision des individus curieux encore amassés à quelques mètres de la porte d'entrée de la maisonnette, captivés d'horreur imaginative et glacés d'effroi collectif sans pour autant apercevoir avec précision la teneur de la scène de ménage rubicond qui demeurait après la bagarre, voilà qui requérait plus de temps et d'efforts que ne le pensait en premier lieu Racar, d'autant plus que le wookie n'avait à sa disposition que des chiffons passés et passablement crasseux qui convinrent tout de même à remettre son apparence de meurtrier psychopathe en un aspect plus proche d'une fourrure entretenue et lissée. Le seul souvenir de la flopée bouillonnante de sang qui l'avait arrosée demeurait en une teinte légèrement pourpre-rouillée qui recouvrait maintenant la base assombrie de son cuir capillaire, sans qu'un observateur lambda puisse déterminer l'origine de cette nouvelle et étrange carnation. Pendant ce temps Gavrin Urgaun digérait à grand peine ses puissants relents de petit-déjeuner et d'alcools frelatés, ainsi que les directives de son redresseur de torts providentiel, qui semblait solder les comptes d'une manière toute personnelle. Le marchand commençait à se faire une image assez nette de la colère d'un wookie désappointé, et mesurait que si peu de membres de son espèce travaillaient aux affaires bancaires, ça n'était pas non plus un hasard ni une bête question de taille... dorénavant sous le joug, de pis en mal, d'un créancier rustre davantage porté sur les paiements en nature que les malfrats qui l'avaient racketté, le camelot se leva en acquiesçant aux propos sensés quoique injonctifs de Racar, tout en émettant une proposition téméraire dans son obtempération timide due aux récents évènements, encore chauds à ses yeux et son esprit:


" Entendu, je pense en tirer les 7000 dat's convenues, au marché noir, ça partira vite, même bradés, pas de problème. Dites... merci. Vraiment. Beau bordel, à gerber, mais heureusement que vous étiez là. J'vous en dois une, et j'ai pas la mémoire si courte pour un saoulard....BREUUUARRRGGHHH!!!!"



Le camelot venait de contempler une fois de trop la scène des viscères fumantes entreposées en entrelacs rabougris autour du cadavre du gangster weequay, les mouvements oscillants de son estomac autour de sa vésicule biliaire venaient de rajouter une note de comique dans cette situation macabre, en un jet blanchâtre parsemé d'éclairs jaunâtres pisseux, alors même que le colporteur se tenait côtes, abdomen et d'une main conservait l'équilibre en l’attenant à une poutrelle de faux bois qui faisait une sorte d'âtre à l'intérieur de la bâtisse. Manifestement le commerçant venait de subir un retour de pesanteur de trop, en bref s'était levé trop vite de son tabouret et avait surestimé ses capacités de rétention stomacale. Racar avait désormais le champ libre pour agir à sa convenance et se rendre à la prochaine adresse inscrite sur son datapad de travail, puisque Gavrin Urgaun seul était chargé les astres savent comment, de faire disparaître le cadavre. L'homme diminué en la circonstance ne semblait pas pouvoir supporter davantage la vision d'horreur du cadavre mutilé agrémenté aux régurgitations toutes chaudes , pourtant le wookie pouvait remarquer que le problème n'avait été ni évoqué ni contesté par le commerçant de rue, aussi pouvait-il choisir de l'aider comme de s'en aller vers une autre créance, après tout, dissimuler un macchabée était presque une leçon de survie et un réflexe pour les habitants lambdas même honnêtes de Mos Esley, et somme toute une chose pas trop difficile par les temps qui couraient.


Dernière édition par Ludo Tek le Mar 29 Nov, 2016 à 18:03; édité 1 fois
_________________

"Ce qui est sûr, c'est qu'on va tous maigrir un grand coup..." H.S.

    Envoyer un message privé    

Racar
Novice
Chasseur de Prime
Wookie
Niv: 1 XP: 281
300 Dat
Initiative: 25
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Mer 22 Mar, 2017 à 16:08

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 1


Voir le profil de l'utilisateur




Racar eut bien du mal à retirer les restes du weequay qu'il avait éventré quelques minutes auparavant. Il faut dire que la propreté des chiffons était discutable à l'image de la maison de Garvin... Il extirpa aussi quelques lambeaux de chair dont il se débarrassa d'un air dégoutté les semant ici et la dans la maison de Garvin. Il passa ce qu'il lui sembla une éternité à extirper et nettoyer les souvenirs du carnage.Il n'avait pas encore remarqué l'attroupement de curieux qui c'était masser devant la maison pour admirer le spectacle macabre. C'était courant à Mos Eisley beaucoup de règlement de comptes se déroulait dans la rue ou dans les cantinas aux yeux et aux sue de tous. Racar n'aimait pas trop tous ces curieux qui allait s'empresser de raconter tout ce qu'il avait vu pour épater la galerie et éventuellement se faire offrir un verre pour raconter leur histoire.C'est comme ça que sa marchait ici pour avoir les dernières nouvelles.

Il se dirigea vers la porte d'un pas haletant et la referma d'un grand geste brusque. L'armature de la porte trembla et faillit s'éfondré sur les curieux ce qui en dispersa la plupart. C'est a ce moment que Garvin l'interpella et avant qu'il puisse finir il vomit ses tripes sur le sol sûrement le contrecoup de ce qui venait de se dérouler. Le vomit de Garvin se mêla avec quelque éclaboussure de sang. ; C'était un spectacle plutôt répugnant. Racar se dirigea vers Garvin après qu'il se soit relevé, il fit un geste amical en posant sa main sur son épaule et lui parla d'un ton apaisant :

Ce qui c'est passé ici n'est pas bien ou mal c'est Mos Eisley. C'est une chance pour toi et t'en aura pas deux, alors trouve ton courage et fait ce qu'il faut pour nettoyer la merde, j'en ai déjà déblayé une bonne partit pour toi.

Racar ne laissa pas le temps a Garvin de répondra il lui donna une tape sur l'épaule et prit la direction de la porte de derrière. Il prit le soin avant de ramasser le Datapad qu'il avait lancé pendant la bagarre. Racar sortit de la maison et se retrouva dans une minuscule ruelle prêt a repartir voir un second débiteurs.


    Envoyer un message privé Envoyer un e-mail   

Réponse Rapide
  
Page 2 sur 2 Aller à la page Précédente  1, 2





Aller sur un autre forum:  

Navigation
Répondre au sujet Poster un nouveau sujet Mos Eisley 


Site réalisé par Mugen © 2005-2015 Swlrpg.fr Version 3.0 Tous droits réservés
Les images et contenus tirés de l'univers Star Wars sont la propriété de Lucasfilm Ltd. 1977-2015 ©
Forum sur base phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com

Page générée en 0.089469 sec.
Bas Gauche
Bas Gauche Banniere Bas