Deconnexion Connexion Inscription Presentation Règles Holonews Holonews La Team Soutenir Swlrpg Partenaires Holonet Holonet New Requêtes Nouvelles requêtes Fiche Perso Equipement Parcours Personnel Troupes et vaisseaux Déplacements Magasins Banque Guildes Univers de Swlrpg Faq du Jeu Cuve à Pseudo Mediathèque Recherche Liste des Membres Index du forum Sans Réponse Vos messages Nouveaux messages Forum Index
Banniere

Vous êtes
Déconnecté
Connexion
Inscription

Swlrpg
Presentation
Règles

La Team
Liste des Membres
Soutenir Swlrpg
Partenaires

L'univers
Pas de Nouvelle Holonews
Univers de Swlrpg

Jouer
Vous devez être connecté pour accéder à certains modules de jeu

Magasins
Guildes

Divers
Le Top Sites
Faq du Jeu
Cuve à Pseudo
Mediathèque

Liens
AnakinWorld

Nous soutenir

Tour de Jeu
Espace
Top site Anakin World
Espace
Top site Star Wars Universe


Wiki Swlrpg

Facebook Swlrpg


Index
Présentation du JDR
Règles du JDR
Inscription au Jeu de rôle
Dernières holonews:
Condamnation des derniers cloneurs | Ouverture du cinquantième Précipice sur Coruscant | Jour de fête pour l'Hégémonie | Communication du Front de Libération

Relance du forum

Navigation
Répondre au sujet Poster un nouveau sujet Bordure intérieure 

Bordure intérieure
Bordure intérieure
Que le Kolto coule à flot ! ID:2296

Kayden Raynor
Novice
Mercenaire
Humain
Niv: 3 XP: 4561
14909 Dat
Initiative: 25
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Dim 22 Mai, 2016 à 13:14

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 1


Voir le profil de l'utilisateur




Il était toujours bon de s'intéresser au travail des autres. Savoir comment tournait le monde. On pouvait parfois apprendre une information sur le coup peu importante, mais qui un jour, refaisait surface dans votre mémoire pour décoincer une situation autrement plus compliquée. Et pour Kayden, c'était là l'occasion de déroger aussi à la règle qui dit qu'un mandalorien pense avec son blaster.

Il secoua la tête, répondant silencieusement par la négative à l'interrogation du Mon Cal quant à sa connaissance de l'origine du bacta, ce liquide visqueux et répugnant mais qui pourtant avait sauvé un nombre de vies incalculable depuis sa mise sur le marché. La sienne y compris, d'ailleurs.

Le kolto, c'était donc sur ça que son protégé allait travailler. Il comprenait maintenant l'importance des recherches menées ici, et pourquoi on l'avait dépêché lui sur place aussi vite. Le projet devait sans doute avoir un enjeu économique ahurissant, et il savait que la concurrence industrielle pharmaceutique, dans ses hautes sphères, ne reculerait devant rien pour récupérer le fruit du travail du Docteur Loci.

Il lui incombait à lui de protéger le Docteur et son travail. Et il savait que lorsque le travail aurait avancé, le danger serait imminent. Mais il attendait de pied ferme le malade qui oserait venir attaquer son gagne pain.


Très clair, je vous remercie. Je vais vous laisser travailler. Si vous avez besoin de quelque chose, n'hésitez pas à me le faire savoir.
_________________


Theme de Raynor

    Envoyer un message privé    

Akasha
Maître du Jeu
Reine
Vampire
Niv: 1 XP: 458
482 Dat
Initiative: 30
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Lun 20 Juin, 2016 à 19:30

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 5


Voir le profil de l'utilisateur




Hamilcar Gordian lisait assidument, penché sur la montagne de rapports et articles qui envahissait son bureau. S’il faisait des efforts pour se tenir droit et préserver ainsi son dos, la lassitude lui voûtait les épaules. Les sourcils froncés et les yeux rougis, il se massait délicatement les tempes quand Medeno frappa à sa porte. Extirpé de sa torpeur grandissante, l’arkanien se raidit puis s’éclaircit la gorge.

Hmm, oui entrez!

A la vue du mon calamari et de son compagnon, son visage s’éclaircit. Il se leva pour contourner son bureau les bras ouverts en signe de bienvenue.

Medeno! Bonjour! Comment se passe votre installation? Êtes vous à votre aise? Puis-je vous être d’une quelconque utilité?

A vrai dire, Hamilcar se trouvait bien heureux de voir son rythme monotone cassé par la visite du jeune scientifique. L’excuse était bien trop bonne de devoir s’extraire à ses devoirs plus rédibitoires. Il posa un regard curieux sur le compagnon de Medeno, troublé par son apparence sévère. Kayden se mêlait assez mal au milieu académique.

Votre garde du corps, je présume?
_________________

** Akasha, intendante. **

    Envoyer un message privé    

Ludo Tek
Maître du Jeu
Fabricant de boules de neige
Hu-main du Roi
Niv: 0 XP: 310
0 Dat
Initiative: 0
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Dim 23 Oct, 2016 à 6:41

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 1


Voir le profil de l'utilisateur




Medeno Loci


Medeno se sentait de plus en plus à l'aise dans cet environnement sinon familier, tout au moins évocateur des meilleurs sentiments qui pussent être par sa sobriété et son caractère résolument dédié au travail. Le mon calamari éprouvait les délices des prémisses d'une émotion bien connue mais peu ressentie jusqu'alors; l'extase renaissante de la stimulation scientifique. La ville d' Ahto en son ensemble juchée sur l'azur liquide apparaissait déjà comme un havre de paix aux yeux de beaucoup de gens de toutes espèces sidérales confondues, mais plus encore pour un bio-scientifique de son niveau comme un paradis encore vierge de recherches, du moins des siennes qui portaient en leur teneur présente et future des espérances millénaires ainsi qu'une promesse d'avenir radieux. En effet Medeno caressait l'idée ténue que si ses projets finissaient par aboutir, bien menés quoique peut-être de longue haleine, peu lui importait pour l'heure, un fol espoir pourrait germer d'amélioration du bien être commun universel. Cette seule pensée le laissait quelque peu grisé voire excité par la situation exceptionnelle qu'il s'apprêtait à vivre en ce lieu extraordinaire à ses yeux.


Le bureau d' Hamilcar Gordian se présentait en soi comme un simple espace administratif surchargé de dossiers dont la teneur devait être des plus ennuyeuses, mais l'Arkanien se montrait en l'instant d'une inclination enthousiaste non feinte à les recevoir lui et son garde du corps. La sympathie déployée à grands bras ouverts par celui-là même qui naguère l'avait accueilli avec entrain se voulait communicative, à ce point que le savant confirmé ressentit une certaine affection pour son interlocuteur empressé de se départir de son labeur affligeant. Sans doute pourraient-ils deviser de théorie scientifique concrètes et de possibilités pratiques plus épatantes encore , aussi Medeno s'avisa sinon d'imiter le directeur du département de biotechnologies marines appliquées en ses gestes amicaux voire trop familiers à son goût modeste, en tendant une main palmée cordiale en réponse à la sollicitation qui lui était adressée, au moins de lui adresser des propos à peu près aussi aimables que les siens.



Non, je vous remercie cher Hamilcar, je suis installé au mieux pour le moment. J'aimerais débuter au plus tôt la mise en place des protocoles de recherche, dès après notre entrevue.


A la mention laconique voire négligente de son garde du corps humain qui ressemblait peu ou prou à l'image que le savant quelque peu naïf en la matière se faisait d'un mercenaire, d'un travailleur physique ou d'un employé chargé de sa protection, bien que le concept lui parût encore excessif sinon totalement superfétatoire, Medeno considéra d'un œil empathique et résolument sérieux Kayden Raynor. Conscient de son importance propre aux yeux de son confrère scientifique de l'Institut Océanographique, tandis que Kayden devait peu compter à son esprit sinon à servir de bouclier humain le cas échéant, le mon calamari décida de laisser la parole à son partenaire imposé juste après une courte introduction qu'il voulait flatteuse et dépourvue de flagornerie, mais rendant une juste image des premiers contacts avec ce chaperon inattendu.


Eh bien, fort bien présumé de votre part, oui, voici Monsieur Raynor. Un agent agréable et professionnel, qui plus est d'une curiosité naturelle judicieuse quoique mesurée . Quitte à me déplacer et vivre sous protection, il s'agit d'un excellent choix à n'en pas douter. Je laisse mon garde du corps se présenter à vous Hamilcar.



Medeno s'avisait désormais de l'effet découlant de son introduction: un espace de parole courtois et respectueux venait de se créer de manière plutôt subtile pour Kayden Raynor, malgré la réserve affichée toute emplie de professionnalisme de l'expert en sécurité Nul doute que ses propos n'impressionneraient pas outre mesure le directeur des recherches en biotechnologies, néanmoins pouvait-il faire part, grand merci, de ses dispositions et de ses objectifs au ponte qui régnait en ces lieux de savoir et d'émulation
.
_________________

"Ce qui est sûr, c'est qu'on va tous maigrir un grand coup..." H.S.

    Envoyer un message privé    

Kayden Raynor
Novice
Mercenaire
Humain
Niv: 3 XP: 4561
14909 Dat
Initiative: 25
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Sam 29 Oct, 2016 à 14:07

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 1


Voir le profil de l'utilisateur





Ahto City était de ce genre de destination paradisiaque auxquels des millions d'êtres pensants à travers la galaxie rêvaient durant tout leur vie de pouvoir un jour la visiter, sans pouvoir jamais y aller. Véritable carrefour commercial et scientifique de cette partie de l'espace, elle avait la chance pour elle d'avoir une météo bien plus clémente que sa sœur Kamino. Une chance que se partageaient les milliers de voyageurs en se promenant sur les quais aux abords de la ville pour profiter de l'air iodé, du paysage infiniment bleu et calme, et de la blancheur immaculée de la ville sur pilotis.

Une chance que Raynor, lui, n'avait pas le sentiment de partager. Son temps était occupé par son travail et il n'avait pas le loisir de pouvoir profiter des activités proposée par le cadre paradisiaque de la belle ville. Qui plus est on ne mangeait sur cette planète aquatique pratiquement que des algues, du poisson, et ces satanés fruits de mers, lui qui n'en était pas friand. Et on payait son steak de bantha bien plus chère que sur n'importe quelle autre planète. Les gens étaient souriants, quand ils avaient un visage plus ou moins humanoïde, et vaquaient à leurs occupations bien sagement. Tout le contraire de ce que connaissait le Mandalorien, qui était bien plus habitué aux climats arides, aux quartiers dégueulasses et pestilentiels où les gens sont moches et tirent la tronche, et tentent dès qu'ils en ont l'occasion de vous faire les poches, ou de vous attirer dans un coin pour vous faire des choses sales. Le genre d'endroit où on se déplace avec une main posée sur la crosse de son blaster.

Son activité actuelle tournait à la routine : Toujours tout vérifier, toujours tout contrôler. Précéder son client lorsqu'il sort d'un endroit. Le suivre de très près lorsqu'il se déplace. Et toujours regarder fréquemment derrière sois. Il répondait simplement quand on lui posait une question et restait silencieux le reste du temps, concentré sur sa tâche, ne pouvant se rendre utile à aucune des activités scientifiques de son client. Il en venait à espérer que la concurrence passe rapidement à l'acte.

En pénétrant dans les locaux de l'institut, Kayden avait des impressions de déjà vu. Des murs et un climat froids et aseptisés, une odeur stérile d’hôpital. C’était là l'extrême opposé de ce nid à bactéries et à vermines qu'était la cantina du Cratère, dans les bas-fonds de Coruscant. Son regard balayait les couloirs, les ouvertures d'angles, se posait, inquisiteur et presque menaçant, sur les pauvres secrétaires qui ne demandaient rien à personne, et finalement retrouvait son apparence neutre en pénétrant dans le bureau de Gordian, suivant de près Loci.

Il se tint légèrement en retrait, laissant son employeur Mon Calamari discuter avec l'Arkanien jusqu'à ce que cette question aussi inconvenante que compréhensible soit posée : qui était-il ?
Sa bouche commença à s'ouvrir pour formuler une réponse lorsque Medeno décida subitement de répondre à sa place, l'introduisant de façon éloquente et suffisante. Il laissa un petit temps d'attente, comprenant enfin que c'était à son tour de se présenter lui même.


- Le Docteur Loci vous a pratiquement dit tout ce qu'il y a à savoir sur moi. Je m'appelle Raynor et je suis ravi d'apporter ma modeste contribution à cette grande mission qui, je l'espère, sera couronnée de succès très prochainement.

Caresser l’employeur dans le sens du poil, flatter son travail, aller dans son sens. En dire le moins possible sur sois et recentrer le sujet de la conversation sur le boulot scientifique, c'était tout ce qu'il avait à dire pour détourner l'attention de lui, qui ne tenait vraiment pas à ce qu'on s'intéresse à sa personne. Il comptait sur son apparence austère et froide et son nouveau retour au silence pour dissuader l'Arkanien de lui poser de nouvelles question, et dévia son regard sur quelque chose d'autre, observa les classeurs sur les étagères, les objets sur le bureau... Mais garda les oreilles grandes ouvertes pour la suite de la conversation entre Loci et son collègue scientifique.
_________________


Theme de Raynor

    Envoyer un message privé    

Ludo Tek
Maître du Jeu
Fabricant de boules de neige
Hu-main du Roi
Niv: 0 XP: 310
0 Dat
Initiative: 0
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Mar 08 Nov, 2016 à 8:32

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 1


Voir le profil de l'utilisateur




Hamilcar Gordian afficha de facto un large sourire communicatif qui en disait long, trèèès long, voire déjà trop, adjoint au rehaussement spontané de ses sourcils en un clivage discret vers le bas et le centre du front, sur l’utilité du mercenaire telle qu’il la concevait dans ce complexe scientifique, selon son propre avis intime qui lui importait beaucoup quand il se targuait de vouloir savoir vraiment ce qu’il pense de tel ou tel sujet de conversation ou de réflexion. Désireux néanmoins de ne rien laisser paraître par le verbe, de conserver aussi toute sa bienséance proportionnée vis-à-vis de ce garde du corps, seule une légère moue naissante vint contredire avec finesse ce sourire quasi extatique de vendeur de rue entreprenant et baratineur, ou encore de politicien consommé par la tâche et les convictions qui s’apprête à pigeonner gros. L’effet escompté par Kayden Raynor découlant en principe de son intervention aimable et mesurée fut immédiat, l’arkanien s’avisa de ne considérer désormais le mandalorien qu’avec un œil strictement professionnel et presque condescendant par sa sympathie, faisant peu de cas de sa présence et ne s’adressant à lui qu’avec retenue millimétrée et circonspection chaleureuse. A tout prendre, Kayden avait bel et bien réussi à flatter l’ego du scientifique et sa conscience de sa propre importance, à coup sûr par son attitude courtoise empreinte d’une ferme discrétion, toutefois en contrepartie le savant arkanien ne le considérait plus que comme un individu quelque peu limité de par son intellect, un déficient mental parmi les gens normaux dont on pouvait par conséquent négliger la conversation sans craindre de retour d’aucune sorte, et à son esprit quel bienfait pourrait ressortir d’une discussion plus approfondie avec un être primaire quoique capable de montrer une certaine éducation en la circonstance. Le mandalorien se voyait ainsi réduit à un rôle de potiche testostéronée jusqu’en ses recreux neuronaux, sans autre envergure utile que celle de faire holo-tapisserie dans le décor et de rassurer les investisseurs des projets sur Manaan. Tout cela Kayden pouvait le ressentir presque dans son intégralité, à quelques subtilités près en l’instant dans cette simple moue mi-amusée, mi-avenante, ce sourire paternaliste déplacé qui seul trahissait la pensée au demeurant complexe d’Hamilcar Gordian. Le directeur des recherches de l’Institut Océanographique d’Ahto City répondit à la présentation sommaire et judicieusement affable de Kayden avec une politesse finement étudiée, qui se fendit même d’un laïus d’accueil qu’il voulait tout à fait adapté aux capacités cérébrales sans aucun doute tangentes du garde du corps plongé à présent dans une inspection contemplative des moindres recoins du bureau:


« Ah oui, excellent vraiment! Eh bien, bienvenue parmi nous monsieur Raynor, j’espère que vous trouverez matière à vous occuper et vous acquitter modestement de votre tâche. Le taux de criminalité avoisine le zéro absolu à Ahto city d’après les derniers rapports de satistiques générales, aussi je vous enjoins à prendre un peu de repos durant votre séjour en ces lieux de savoir et d’émulation raisonnable. Et n’hésitez pas à poser des questions si vous ne comprenez pas tout ce qui vous sera dit, après tout, tout le monde ne peut pas tout savoir sur tout, nous sommes bien placés pour le savoir nous autres chercheurs… Mais par ici je vous prie messieurs.»


Coupant de manière habile et toujours courtoise court à toute réplique ou manifestation inopinée de la part du mandalorien, ce dont il doutait fort qu’il fût réellement capable de production orale pertinente en l’occurrence, l’arkanien reporta toute son attention sur son confrère mon calamari, grands sourires renouvelés puis se mit à deviser de notions scientifiques dont Kayden ne pouvait guère piper mot tant le débat volait à haute altitude intellectuelle. Les deux savants se seraient avisés de parler une langue absconse et étrangère en tous points au mandalorien, il en aurait été de la même veine pour la comprenette de Kayden. Hamilcar Gordian s’empressa d’accepter l’invitation cordiale de Medeno Loci à se rendre sans plus tarder sur les lieux de travaux les plus sophistiqués, en compagnie de son garde du corps permanent et nouveau compagnon de séjour, afin de commencer les réjouissances cognitives. La conversation de haute volée ne tarit guère tout du long de leur trajet, Kayden ne pouvait que se contenter de comprendre de son mieux les bribes décousues qui parvenaient à son esprit. Pêle-mêle tels que lui parvenaient les propos émis oralement à bon pas de marche en direction des profondeurs, sautant d’ascenseurs en ascenseurs sans omettre un léger passage en navette verticale, Kayden put saisir deux ou trois sujets de discussion tandis qu’il surveillait les alentours dans cette avancée mouvante au sein d’un immense complexe aseptisé. Question il était de molécules, d’interactions électro chimiques, de cinétique et de mécanique des fluides, de modèles cinétiques et physiologiques, d’expériences a priori prometteuses, et de moult autres concepts dépassant pour l’instant, et peut-être pour toujours sa compétence scientifique et son entendement. Au cours de leur parcours alambiqué au sein des entrailles de la citadelle, vint un moment auquel aucun d’eux ne put couper court, aussi désagréable cela fusse-t-il, la décontamination préalable à l’entrée en zone, quelque cent à deux cent mètres de profondeur dans cet ensemble immaculé et nu sans lumière vive, presque étouffant voire tout à fait oppressant d’homogénéité volontaire en sa conception. Les trois individus qui composaient somme toute une étrange compagnie parvinrent à un sas de sécurité gardé par un selkath en tenue réglementaire, soit une simple combinaison de synthé-velours sombre et bleutée, à la mode immuable a priori aux yeux du mandalorien de Manaan, les habitants premiers n’étant guère portés plus que de raison, et la leur s’avérait des plus rigoureuses, sur les derniers accessoires et futilités de mode galactique. On leur fournit les accréditations nécessaires à l’accès au sésame de connaissance, et des combinaisons leur furent présentées qui se composaient d’un revêtement uniforme opaque et faite de différents bleus effacés par endroit, en une mosaïque subtile de variations qui reflétaient la lumière artificielle des lieux, lesquelles se trouvaient aussi prémunies d’un casque, le tout à enfiler une fois passé le sas de destruction microbienne. Medeno se tourna vers Kayden, et ne cachait pas son état interne de stimulation relativement mesurée à l’aube des débuts de la mise à l’épreuve de ses théories, qui lui adressa la parole sur un ton bas de timbre et affable pour s’enquérir de ses états d’âme et de ses impressions :


Excitant n’est-ce pas ? Pensez-vous que…


« Ustensiles coupants, denrées inflammables, périssables…armes éventuelles...? »



L’ébauche d’échange verbal amorcé par le savant mon calamari fut interrompu par un des agents de sécurité qui s’était approché d’eux d’un pas subreptice, un selkath en uniforme similaire en tous points à celui qui avait fourni tenues et accréditations de manière automatique à la peau d’un bleu nacré terne, qui d’une voix rocailleuse demanda en tipant à la manière des gens de son peuple et son espèce sidérale à fouiller le mandalorien et ses compagnons pour s’assurer d’armes et de matières nuisibles. Medeno Loci ne semblait pas y voir d’objections, cependant guettait sans trop y prêter attention la réaction de Kayden Raynor. Une simple fouille en l’occurrence, peut-être un regain de zèle de la part d’un fonctionnaire à qui la bouille charmante et charmeuse du mandalorien attisait la curiosité. Il fallait dire que ce dernier détonnait un peu dans le complexe de recherches et constituait une certaine singularité pour ce garde quleque peu protocolaire. La question était anodine, la réponse de Kayden Raynor n’en serait pas moins intéressante, Hamilcar Gordian observait tout en remettant un de ses effets personnels métalliques au personnel de sécurité, un étui de métal oblong et son datapad personnel pour toute déclaration de possession de biens… Medeno haussa les épaules et invita Kayden à le précéder dans cette démarche quelque peu formelle et retardatrice de leur entrée en matière dans un univers de sciences pures.
_________________

"Ce qui est sûr, c'est qu'on va tous maigrir un grand coup..." H.S.

    Envoyer un message privé    

Kayden Raynor
Novice
Mercenaire
Humain
Niv: 3 XP: 4561
14909 Dat
Initiative: 25
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Ven 11 Nov, 2016 à 14:51

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 1


Voir le profil de l'utilisateur




Ces deux hurluberlus parlaient pourtant en basic, ils auraient aussi bien pu parler en Sullustéen, en Qwarren ou en patois reculé de la campagne profonde Dantooïnienne, le Mandalorien n'y aurait rien bité. Tout n'était que termes scientifiques, formules chimiques, techniques médicales et autre procédé industriel auquel Kayden ne s'attarderait probablement jamais, à moins qu'il ne soit spécialement payé pour le faire. Il écoutait néanmoins la conversation avec une certaine attention et essayait d'y mémoriser quelques mots spécifiques pas trop compliqués, des fois que cela puisse servir ses intérêts et sa mission. Il en doutait.

Gordian, sous ses airs sympathiques commettait néanmoins l'erreur de penser que son ignorance scientifique faisait du Mandalorien un idiot complet tout juste bon à faire le planton. Ce à quoi le garde du corps se contenta d'afficher un vague sourire en coin ponctué d'un lent hochement de la tête. L'envie de lui éclater le front sur son bureau le démangea un instant puis sa tension s'apaisa sans qu'il n'en ai rien laissé paraitre à son interlocuteur Arkanien, qu'il savait de race arrogante. Raynor, brute musclée pourtant peu portée sur l'étude intellectuelle, comprenait pourtant le précepte d'un fameux philosophe qui devait dater d'au moins l'ancienne république qui disait que tout ce qu'il savait c'était qu'il ne savait rien. Quel genre de mercenaire pouvait se targuer de connaitre un dicton pareil ? Surement pas ce vieux macchabée séché de Meka.

Pourtant, un blaster était un outil au moins aussi sophistiqué qu'un microscope de pointe, et son maniement nécessitait sans doute bien plus d'habileté pour être utilisé correctement et efficacement. Et demandait un tout autre sens des responsabilités aussi. Mais Raynor préférait en l'occurrence être prit pour un idiot ou un simple inculte plutôt que comme le criminel qu'il était pour l'Hégémonie. Alors il resterait tranquille et ferait son boulot comme un bon toutou de la république. Il suivit le Mon Cal bien sagement en retenant son itinéraire pour pouvoir ressortir rapidement en cas de besoin. Son regard se portait sur les équipements et divers outils scientifiques, se demandant bien combien tout ça devait valoir, et s'il ne pouvait pas tenter de mettre un truc à l'allure coûteuse dans sa poche pour le revendre sur un quelconque marché noir. Toute cette installation et son étalage grandiloquent de babioles de recherches devaient en effet couter une sacré fortune. Qui ici remarquerait l'absence d'un microscope ou d'un accélérateur à particules, hein ?

Mais le temps de s'intéresser à la question, petit moment d'évasion, passa bien vite et on lui tendait maintenant une tenue intégrale de protection d'une conception qu'il n'avait encore jamais vu, sans doute en mesure de le protéger des bactéries, virus et autres aberrations qu'il trouverait plus bas encore. Il s'en empara et coinça le tout sous son bras le temps de franchir le sas.


Marrant, tous ces carrés bleus... Est-ce qu'ils ont pensé à camoufler les tenues pour un milieu aquatique ou c'est juste un styliste coruscanti un peu barré qui a cousu un patchwork ?

Un bref sourire se greffa sur sa face avant de disparaitre aussitôt, réflexion coupée par l'enthousiasme extériorisé du Docteur Loci. Excitant, excitant... Pour lui peut-être. Parce qu'il était question de données scientifiques perdues depuis longtemps et que c'était lui qui allait remettre la main dessus. Sans doute de quoi filer une bonne érection pour un esprit capable de les comprendre, oui. En ce qui concernait le Mandalorien, sa motivation était purement financière. Son cerveau n'était pas perdu dans des images de boites de conserve de kolto à son nom, mais d'un vaisseau rapide avec une bonne soute, une armure en beskar'gam, peut-être un assistant droïde, et quelques gadgets utiles pour son travail.

Mais l'homme poisson qui se trainait devant lui allait peut-être lui poser des problèmes. Il fixa l'alien un instant, se demandant bêtement comment il se faisait que les selkath qui vivaient hors de l'eau n’empestent pas comme des cabillauds morts sur la glace pilée d'une poissonnerie. Il vit Gordian remettre ses effets personnels au vigile et hésita un instant sur la marche à suivre. Est-ce que ce poisson-chat voulait juste savoir ce qu'il trimballait sur lui ou carrément confisquer son équipement dangereux tant qu'il serait à l'intérieur du site ? Il se décida. Relax...


J'ai peut-être bien un ou deux articles qui ressemblent à ce que vous me décrivez. Je peux vous les montrer pour apaiser votre conscience, mais la nature de mon travail ici m'interdit de vous les laisser. Et étant donné les enjeux que je suis chargé de protéger, je considèrerai comme une menace toute obligation à me séparer de mes outils. Vous saisissez ?

Son bras gauche en cloche tenait toujours fermement la combinaison nouvellement distribuée, le droit était détendu le long de son corps. Son regard était neutre mais ferme tenait pour l'instant en respect le selkath et, il l'espérait, suffirait à décourager le petit fonctionnaire aquatique d'aller plus loin dans sa démarche.

Code:
Utilisation du talent : intimidant.

Dissuade le garde de se montrer trop zélé à son égard.
_________________


Theme de Raynor

    Envoyer un message privé    

Ludo Tek
Maître du Jeu
Fabricant de boules de neige
Hu-main du Roi
Niv: 0 XP: 310
0 Dat
Initiative: 0
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Jeu 17 Nov, 2016 à 15:31

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 1


Voir le profil de l'utilisateur




Le seuil pour cette action est de 60
Résultat du D100 : 65
L'action est un échec.
Le joueur gagne 30 points d'XP.



La démarche de Kayden Raynor s'avéra infructueuse, voire contreproductive sinon inutile compte tenu de ses volontés propres de conserver son attirail militaire et des discrètes mesures de sécurité dont bénéficiait le complexe scientifique haute technologie. Le selkath qui lui faisait face dorénavant, n'ayant pas interrompu son mouvement de translation subtile vers son interlocuteur, avait remarqué sa manœuvre d'intimidation grossière et peu subtile, quoique déguisée sous quelques amorces de politesse feinte. Le garde de sécurité se révélait, par l'amincissement progressif de ses fentes oculaires, naguère globuleuses et béantes de noirceur réfléchissante, un être calme, méthodique et procédurier, mesuré et habitué à conserver son sang-froid -ce qui était naturel pour un être aquatique aux origines de son espèce- aux situations de conflit. Après tout, si le crime avoisinait le zéro absolu à Ahto City, c'était aussi peut-être en raison de son système de sécurité dissuasif d'une efficacité redoutable; à savoir le crime était de manière péremptoire, comme au temps jadis, systématiquement ou peu s'en fallait puni de mort consécutive à un procès expéditif. Les traditions et coutumes du peuple selkath n'évoluaient qu'à la façon des grands spécimens forestiers de la planète Kashyyk, avec un temps d'une infinie longueur... Toujours était-il que le chargé de sécurité rapprocha en un geste micro-métré et professionnel, bien peu perceptible au premier abord même pour le mercenaire et garde du corps prompt aux échauffourées, sa main palmée de l'étui qui contenait un blaster paralysant près de sa hanche, approvisionné-chargé à n'en pas douter. Se munissant d'une tonalité rauque et glapissante, le selkath accoutumé selon toute vraisemblance aux prémisses de situations de crise lança d'une voix empathique à Kayden Raynor:



"Allons monsieur, si vous avez des armes ou denrées dangereuses, en particulier réactives aux rayonnements basses et hautes intensités, inutile de les dissimuler...
Remettez-les nous plutôt en suivant la raison qui régit en ces lieux...qu'en dites-vous?"


Aucun autre mouvement ou mot ne vint troubler la quiétude de l'entrée du sas de décontamination, tandis que Medeno Loci et Hamilcar Gordian se défendaient a priori d'intervenir, interdits devant le comportement belliqueux sous-jacent du garde du corps, tout à la fois peu habitués à ce genre de réaction à leurs yeux et leur esprit saugrenue alors même qu'ils étaient plus en sécurité selon l'arkanien sur cette planète que n'importe où ailleurs dans la galaxie. Le mon calamari en était bouchée bée qui observait Kayden avec des yeux plus ronds que de nature. Medeno s'était lui aussi interrompu dans le revêtissement de ses effets de protection et les tenait bras crispés contre son torse, un tantinet tendu par la tournure impromptue de cette simple fouille. Le garde selkath, paré à dégainer son blaster et à paralyser sur place le mandalorien tendit alors, dans ce qu'il s'efforçait pour l’œil inaverti de faire passer pour un sourire bienveillant, sa main libre vers la hauteur du cou de Kayden Raynor, paume ouverte et inclinée, l'invitant à lui remettre tout en amabilité réciproque ses effets personnels qui pourraient nuire à quiconque passé le sas... La situation en était enkystée ainsi et ici, tout le petit personnel de sécurité comme administratif présent dans le couloir immaculé plutôt exigu semblait occupé à d'autres affaires que celle-ci, à la rigueur piqué de curiosité sporadique. Pour le moment personne hormis le mandalorien, le garde selkath et les deux scientifiques n'avait trop remarqué le penchant vindicatif que prenait ce simple échange formel. Pour le moment qui se révélait bien long pour toutes les personnes impliquées dans ces circonstances bien particulières. A charge de Kayden Raynor d'aviser de la conduite à tenir désormais.. laquelle devrait s'avérer relativement ingénieuse pour tromper plus avant la vigilance de l'accueil de sécurité, ou encore retourner son positionnement en sa faveur.
_________________

"Ce qui est sûr, c'est qu'on va tous maigrir un grand coup..." H.S.

    Envoyer un message privé    

Kayden Raynor
Novice
Mercenaire
Humain
Niv: 3 XP: 4561
14909 Dat
Initiative: 25
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Ven 30 Déc, 2016 à 14:05

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 1


Voir le profil de l'utilisateur




Ooooh quelle situation embarrassante dans laquelle Kayden le mercenaire se retrouvait là. Si en effet il était resté détendu durant sa courte et téméraire tentative d'intimidation, son manque de conviction dans son ton venait de lui faire défaut et le garde poisson-chat face à lui resté campé sur sa position, armé d'une volonté de fer à faire appliquer le protocole. Savoir différencier les expressions faciales de ces morues s'avérait chose compliquée pour un non-initié, et c'était sur sa connaissance d'autres espèces aliens que Kayden se basait pour convertir ce faciès en expression humaine déchiffrable. Ses yeux étaient resté braqué sur ceux du garde mais il avait bien perçu le léger mouvement de main de ce dernier vers sa ceinture, ou plutôt ce qui y était accroché. En d'autres termes, en l'occurrence ce n'était pas bon pour lui.

Il poussa une longue expiration, décidant de s'avouer vaincu. Pour cette fois-ci. Espérant que le dispositif de sécurité ici était réellement aussi efficace qu'on le prétendait et qu'aucune taupe infiltrée ne viendrait compliquer sa journée pourtant bien commencée.


- Très bien, soyons raisonnable alors. Se contenta-t-il de répondre d'un ton neutre.

Avec des gestes lents et précautionneux, pour ne pas que le garde soit prit d'une soudaine poussée d'adrénaline, il dégrafa les fermoirs des holsters de ses deux blasters, retira ceux-ci des leurs étuis de cuir et les tendis vers le garde afin qu'il s'en saisisse. Il fit de même avec les grenades incapacitantes contenues dans les poches de son ceinturon multifonction et du long couteau de combat jusqu'alors dissimulé le long de sa jambe, dans sa botte montante de combat. Kayden avait remis ses armes, mais il n'en était pas moins dangereux. Il avait toujours ses poings et ses jambes, et un sacré sens de l'improvisation.

Il quitta enfin le garde du regard sans plus un mot ni d'avantage de politesse et suivit Loci et son supérieur Arkanien pour la suite du programme.
_________________


Theme de Raynor

    Envoyer un message privé    

Ludo Tek
Maître du Jeu
Fabricant de boules de neige
Hu-main du Roi
Niv: 0 XP: 310
0 Dat
Initiative: 0
PV:
EV:
Répondre en citant

Message le Mar 14 Fév, 2017 à 16:44

Lancer D100: XX | Id du Lieu: 1


Voir le profil de l'utilisateur




Une fois les armes de Kayden Raynor remises en mains propres aux gardes selkaths, dûment stockées en sécurité et hors d'atteinte de quiconque hormis les membres du personnel de sécurité accrédités, les gardes revenus à leur poste et les badges holonumériques fournis, la petite équipée put poursuivre son périple dans les entrailles de cet espèce d'antre suprême de la connaissance bioscientifique qui eut fait pâlir d'envie les défunts cloneurs kaminoïdiens. Le sas de sécurité franchi à l'instant ne présentait guère d'intérêt en soi, hormis de discrètes et impersonnelles caméras de sécurités globulaires qui semblaient aussi aseptisées que le paraissait l'intérieur des couloirs du complexe. Quelques couloirs plus après, les deux scientifiques avaient repris leurs conciliabules sans plus se formaliser de la saillie du garde du corps antécédente, qui après tout à leurs yeux semblait ne vouloir faire que son travail dans des conditions qu'il estimait optimales. Le trio avançait inexorablement en ligne droite, quand une arcade fut dépassée qui donnait sur un surplomb en contrebas duquel se tenait une véritable ruche d'ouvriers, techniciens, scientifiques et travailleurs de toute profession en lien avec l’objectif de l’endroit, tous embardés dans une tenue similaire à celle que portaient en l’occurrence les membres du trio singulier. Les bruits dissemblables d’activités paraissaient étouffés à cette distance d'environ vingt mètres, malgré l'ampleur de la salle qui eut pu réverbérer de puissants échos, petite facétie pragmatique de technologie des concepteurs des lieux. Kayden Raynor put s’apercevoir qu’Hamilcar Gordian se tenait à peine moins émerveillé que ne le paraissait Medeno Loci, comme si c’était lui aussi la première fois qu’il contemplait pareille ouvrage destinée à la progression des sciences et techniques d’extraction et de recherche en matière de Kolto. L’Arkanien ne put s’empêcher de s’abstenir d’un petit commentaire quelque peu étudié, qu’il voulait communicatif à l’égard de son confrère et son garde du corps, qu’il pensait bien stupéfaits de tant de puissance et de déploiement de savoirs différents, qui se traduisaient dans l’assemblage de passerelles et de consoles, de cuves et de relais énergétiques de tailles diverses qui semblaient s’étendre à n’en plus finir devant eux, littéralement à perte de vue convenable :


« Pas mal pourrait-on dire, n’est-ce pas ? Et vous n’avez pas tout vu, d’ailleurs il est impossible à l’œil nu d’apercevoir plus que cent mètres dans cet environnement! »


Le directeur des recherches scientifiques du département accrédité d’Ahto City faisait immanquablement référence à l’étalage non seulement technologique mais aussi de technique d’illumination discrète qui assombrissait le fond difficile à deviner de la salle aux abords imperceptibles, une disposition et une œuvre d’orfèvre qui devait assurer des conditions expérimentales saines et optimales pour l’exploitation des propriétés du bacta vers son homologue synthétisé, saint graal et objet de la présence du mon calamari et du mandalorien à l’entrée de ces lieux. Manifestement redevenu d’humeur et d’abord enfantin quelques instants, Hamilcar Gordian les invita à le précéder dans la passerelle descendante qui permettait d’aborder les premières rangées de ponts suspendus, suffisamment larges pour laisser passer un vaisseau spatial de classe moyenne et éviter tout incident de bousculade en cas d’évacuation forcée. Ce petit quelque chose d’enfantin paraissait étrangement plus appuyé en direction de Kayden Raynor, l’Arkanien s’attendant ostensiblement à ce que le mandalorien soit au pire effrayé par l’envergure de l’intérieur du sanctuaire, au mieux qu’il partagerait quelques miettes de l’enthousiasme qui semblait saisir de stupéfaction Medeno Loci. Leur conversation s’était interrompue d’elle-même à l’entrée dans ce vivier de sciences en action, et le savant mon calamari semblait éberlué, yeux béants et bouche semi ouverte dans une configuration ovaloïde, son regard fixant l’infini de l’assombrissement croissant en perspective de l’endroit où tous trois se trouvaient à présent. Hamilcar Gordian lui adressa quelques mots de sa typique moue amusée de ceux qui connaissent malgré tout déjà le « truc », puis fronça les sourcils au moment où le mon calamari sembla dodeliner de la tête tout en conservant la même posture figée. Quelque chose clochait manifestement dans l'esprit du Mon Calamari, qui se mit à tanguer de manière choréique.
_________________

"Ce qui est sûr, c'est qu'on va tous maigrir un grand coup..." H.S.

    Envoyer un message privé    

Réponse Rapide
  
Page 2 sur 2 Aller à la page Précédente  1, 2





Aller sur un autre forum:  

Navigation
Répondre au sujet Poster un nouveau sujet Bordure intérieure 


Site réalisé par Mugen © 2005-2015 Swlrpg.fr Version 3.0 Tous droits réservés
Les images et contenus tirés de l'univers Star Wars sont la propriété de Lucasfilm Ltd. 1977-2015 ©
Forum sur base phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com

Page générée en 0.052274 sec.
Bas Gauche
Bas Gauche Banniere Bas